SIWAK

Panier  

(vide)

Mon compte

Adresse e-mail

Mot de passe


Visitez SIWAK sur ShopMania

Huile de nigelle 120ml CHIFA ou 100ml

La nigelle de son nom Nigella Sativa ou Habba sawda, (graine noire),ou cumin noir est une plante de la famille des renonculacées, donnant des graines dures et noires, dégageant une odeur anisée caractéristique...

Plus de détails


10,00 € TTC

h-nige-120-Chifa

Disponibilité : En Stock

Frais de livraison: 6,10 € TTC

Programme de fidélisation En achetant ce produit vous pouvez gagner jusqu'à 6 points de fidélité que vous pouvez convertir en un bon de 0,24 €. Vos points de fidélité.



2 quantités 4 quantités 7 quantités
-10% -15% -24%

La nigelle de son nom Nigella Sativa ou Habba sawda, (graine noire),ou cumin noir est une plante de la famille des renonculacées, donnant des graines dures et noires, dégageant une odeur anisée caractéristique. Originaire d’Asie Mineure, on la trouve dans tout le pourtour méditerranéen et au Moyen-Orient, et plus particulièrement en Egypte où elle est cultivée et appréciée pour ses vertus culinaires et thérapeutiques depuis l’époque des Pharaons. On trouva une fiole d’huile de cumin noir dans le tombeau de Toutankhamon. Dans la Péninsule Arabique, elle retrouva ses lettres de noblesse, lorsque le Prophète Muhammad la décrivit comme « le remède à toutes les maladies sauf de la mort ». L’herbologie traditionnelle tue les cellules du cancer du pancréas, annoncent des chercheurs à Jefferson

(PHILADELPHIE) Une herbe médicinale traditionnelle utilisée dans plusieurs pays du Moyen-Orient aiderait à combattre le cancer du pancréas, l’un des cancers les plus difficiles à traiter. Les chercheurs au Kimmel Cancer à Jefferson en Philadelphie, ont découvert que le thymoquinone, un extrait de l’huile de pépins du Nigella Sativa, bloque la croissance des cellules du cancer du pancréas et tue ces cellules en améliorant le processus de la mort cellule programmée.

Bien que les études soient dans leurs premières phases, les résultats suggèrent que le thymoquinone pourrait éventuellement servir de stratégie préventive chez les patients ayant subit une opération ou la chimiothérapie ou chez les individus encourant un risque élevé de développer un cancer.

Selon le Dr Hwyda Arafat, Docteur en médecine et professeur assistant de chirurgie au Jefferson Médical College de Thomas Jefferson University, la nigella sativa contribue à traiter une large palette de maladies, dont certains troubles immunitaires et inflammatoires. Des études précédentes ont également révélé son activité anticancéreuse pour les cancers du côlon et de la prostate, de même que des effets antioxydants et anti-inflammatoires.

A l’aide d’une ligne cellulaire humaine du cancer du pancréas, son équipe et elle-même observèrent que l’ajout de thymoquinone tua près de 80% des cellules cancéreuses. Ils démontrèrent que le thymoquinone déclenche la mort cellulaire programmée dans ces cellules et qu’un nombre important de gènes, y compris le p53, le Bax, le bcl-2 et le p21, en étaient affectés. Les chercheurs constatèrent que l’expression du p53, gène suppresseur de tumeurs, et du Bax, gène favorisant la mort cellulaire programmée, augmenta, alors que celle du bcl-2, bloquant la mort cellulaire, diminua. Le gène p21, impliqué dans la régulation de différentes phases du cycle cellulaire, augmenta considérablement. Elle présenta ses résultats le 18 mai, durant le Digestive Disease Week à San Diego.

Dr Arafat et ses collègues observèrent également que le thymoquinone aboutit à des changements « épigénétiques » dans les cellules du cancer du pancréas, modifiant leur ADN. Elle explique que ces changements impliquent l’ajout de groupe d’acétyles à la structure d’ADN, plus spécifiquement aux blocs de protéines appelés histones. Ce processus « d’acétylation » serait important pour la lecture et la transformation des gènes en protéines. Dans ce cas, il pourrait améliorer les gènes déclenchant la mort cellulaire programmée.

« Nous avons examiné le statut des histones et découvert, ce qui est surprenant, que le thymoquinone améliore le processus d’acétylation, » déclara le Dr Arafat. « Nous ne nous attendions pas à cela ».

En même temps, le fait d’ajouter du thymoquinone aux cellules du cancer du pancréas réduisit la production et l’activité d’enzymes appelées histones deacetylases (HDACs), qui retirent les groupes d’acétyles des protéines histones, bloquant le processus de transcription génétique. Le Dr Arafat note que les inhibiteurs d’HDAC représentent une nouvelle catégorie « chaude » de médicaments qui intervient dans la fonction des histones deacetylases, et est en cours d’étude comme traitement contre le cancer et les maladies neurodégénératives. Le fait de découvrir que le thymoquinone fonctionne comme inhibiteur des HDAC, estime-t-elle, « était remarquable et véritablement passionnant. »

Le cancer du pancréas, 4e cause de décès aux suites d’un cancer dans ce pays, enlève la vie à près de 34.000 personnes par an. Cette maladie est fréquemment détectée après sa propagation et seuls 4% des individus atteints du cancer du pancréas survivent jusqu’à 5 ans après le diagnostique.

SOURCE: Actualité médical

Aucun commentaire n'a été publié pour le moment.

Seuls les utilisateurs enregistrés peuvent poster des commentaires.